MEDIAS


Le Télégramme Concarneau le 10/12/18

Saint-Vincent-de-Paul. Moment convivial avec Lou Kalena


Dimanche 9 décembre, à l’occasion de son goûter inter-âges, la société Saint-Vincent-de-Paul de Concarneau avait invité la chanteuse Lou Kalena à assurer l’animation. Véritable femme orchestre, l’artiste s’est produite, gracieusement, en l’église Notre-Dame de Lorette où son répertoire a séduit le public. Les participants ont ensuite partagé un goûter à la maison de quartier Tiliz. Le prochain goûter de Saint-Vincent-de-Paul aura lieu au moment de la galette des Rois.

Le Télégramme Quimper publié le 04/10/2018 

EPSM Gourmelen. Lou Kalena en concert mardi

Guitare, harmonica, chant et batterie… Lou Kalena donnera un concert dans les locaux de Silène Café, mardi 9 octobre, à 14 h 30, sur le site de l’établissement public de santé mentale Étienne-Gourmelen. L’artiste s’y produira à l’invitation de l’hôpital et de l’association composée de patients et de personnels soignants.

Lou Kalena, au timbre de voix singulier, mélange les styles musicaux, en s’inspirant de son parcours musical : piano, hautbois, chorale symphonique, mais aussi d’un héritage familial de musique dite « classique » puis folklorique au sein d’un cercle celtique. Ses inspirations trouvent également leurs origines chez des artistes pop, rock, folk, mais aussi dans la chanson française.

Ce concert, gratuit, est ouvert à tout public.












OUEST-FRANCE  publié le 29/08/2018 

CONCARNEAU


Lou Kalena, la femme orchestre

Bretonne d’adoption, la chanteuse et multi-instrumentiste sera présente fin août puis tout le mois de septembre en ville close pour interpréter son premier album, « J’ai mal à la tête ».

C’est « un groupe à elle toute seule », promet la pochette de son album. Et lorsqu’on la rencontre, on s’aperçoit vite que le qualificatif n’est pas volé : pendant que Lou Kalena chante, ses mains grattent les cordes de sa guitare tandis que ses pieds s’agitent sa batterie. Une étrange prestation qui suscite l’admiration de ses spectateurs, et de nombreuses interrogations. Au premier titre : mais comment fait-elle donc pour être aussi coordonnée ? « Ça demande beaucoup de concentration. Les instruments, c’est plus automatique, mais ma grosse crainte est sur le chant : j’ai toujours peur d’oublier les paroles. Et ça m’arrive parfois, la gamelle est inévitable », explique celle qui compose aussi ses textes.
 

Bercée aux sixties

Lou Kalena a grandi en Essonne, mais sa mère originaire de La Forêt-Fouesnant lui a transmis le goût de la Bretagne. Dans Baisers salés, elle chante cette nostalgie de cette terre maternelle qui l’a habitée la première partie de sa vie : « Je suis tombée amoureuse de cet endroit. Je n’avais qu’une envie, c’était de venir vivre ici », se souvient-elle.C’est ce qu’elle fera finalement en septembre 2016, lorsqu’elle se met en disponibilité de la fonction publique, après une carrière d’animatrice jeunesse. La musicienne s’installe dans sa maison de famille, à La Forêt-Fouesnant, et s’attelle à réaliser son ambition de toujours : vivre de la musique.« Aussi loin que je me souvienne, ça m’a toujours travaillée. Mon père était pianiste amateur, ma mère chantait, et nous faisons de la musique tous ensemble le soir », raconte la quinquagénaire. Si ses parents lui transmettent surtout un répertoire classique, ses frères la biberonneront à la variété, et en particulier aux idoles des sixties, de Françoise Hardy aux Beatles. Autant d’influences qui imprègnent encore aujourd’hui ses morceaux, qu’elle interprète d’une voix chaude et grave que d’aucuns rapprochent à celle de Maurane.
 

Du live acoustique

Juste après son installation bretonne, elle est parvenue à mettre la main sur un foot drum, une batterie spécialement conçue pour être jouée avec les pieds et dont les adeptes sont très rares. Depuis, elle multiplie les petites représentations dans le Finistère, aidée par son air affable et son bon contact avec le public. Et a sorti à l’automne dernier son tout premier album, J’ai mal à la tête, autoproduit dans un studio rennais. « En dehors de 2-3 arrangements, c’est presque que du live acoustique. Je tenais vraiment à ce que ça ressemble à ce que je joue lors de mes prestations », explique-t-elle.Dans l’espoir que l’année à venir soit celle d’un tournant, elle s’est inscrite au concours des chanteurs de rue de Quintin, dans les Côtes-d’Armor, qui auront lieu en novembre. En attendant, elle continue à se faire la main dans son département d’adoption, et animera à 18 heures tous les week-ends de septembre l’entrée de la ville close. Un lieu qu’elle a « toujours adoré. C’est magique, de jouer ici dans les remparts. J’imagine les pirates, c’est comme si je jouais dans leur pas ! »

 

OUEST-FRANCE  publié le 09/08/2018 

LA FORÊT-FOUESNANT

La multi-instrumentiste Lou Kalena en concerts

Du vendredi 10 au dimanche 19 août la musicienne Lou Kalena donnera une série de concerts en plein air. Depuis 25 ans, cette forestoise a créé son style en jouant de tous les instruments : batterie, guitare, harmonica et chant. Elle se qualifie de « one woman band ». Après avoir longtemps réservé ses talents pour ses proches, elle s'est lancée depuis un an dans une carrière professionnelle.

Lou Kalena a sorti son premier album, « J'ai mal à la tête » en novembre 2017. Avec un son fidèle à ses performances live, elle y présente des compositions originales. Son style prend sa source au sein de nombreux genres : de la folk au rock en passant par la tradition de la chanson française à textes. Avec la chanteuse, même les instruments ont de la personnalité, comme le soulignent les surnoms qu'elle leur a donnés : Stacy, la batterie et Shirley, Sharleen et Sharon, les guitares.

Vendredi 10, et mardi 14 août, à 18 h 30, au jardin d'Izel-Vor.Dimanche 12 et dimanche 19 août, à 10 h 30 à côté des jardins de Péniti. Site internet : loukalena.com

© 2017 par Lou Kalena

  • facebook-square
  • Twitter Square

© 2017 par Lou Kalena